LISTE DES PROJETS EN COURS

DIVERSIFICATION DES ACTIVITÉS DE L’ATELIER VITRAIL DU MONT-ROYAL À MONTRÉJEAU (31)

Depuis 1990, Maryline DELOIS pratique l’art du vitrail, au sein d’associations et d’ateliers. En 2003, elle cesse son activité professionnelle principale et créée une association lui permettant d’exercer en restauration de vitraux. En 2008, son compagnon François GRIJALVA, (architecte de formation, urbaniste et conducteur de travaux) rejoint l’association. La qualité de leur travail et le sérieux de leurs prestations leur assure de nombreux chantiers sur le Comminges et au-delà. En 2011, ils transforment l’association en SARL « l’Atelier Vitrail du Mont-Royal ». En 2017, Maryline DELOIS devient maître artisan. Elle bénéficie aujourd’hui de la labellisation Artisans d’art. L’entreprise est inscrite à l’Annuaire Officiel des Métiers d’Art de France, à l’Institut National des Métiers d’Art et est Atelier Etape de la Route des Métiers d’Art d’Occitanie.

En 2019, l’entreprise participe à plusieurs réflexions et démarches locales visant à dynamiser le centre bourg de Montréjeau autour de dynamiques liées à l’artisanat d’art. D’autre part, les évolutions du marché en termes de demandes, la stagnation du marché de restauration des églises (41 églises restaurées par l’entreprise depuis sa création en 2011) amènent les gestionnaires à diversifier leurs productions et élargir leurs clientèles afin de pérenniser leur entreprise.

Le projet de diversification envisagé par les gestionnaires repose sur le développement de nouvelles activités dans le domaine de produits manufacturés en utilisant une technique de fusion du matériau verre. L’objectif est d’obtenir un rendu vitrail par le verre fusion (et non par le soufflage aux possibilités moindres) mais sans utilisation du plomb. 

Une étude des produits concurrentiels menée par la SARL a confirmé l’aspect novateur de ce nouveau secteur. Ce nouveau positionnement nécessite d’identifier de nouvelles clientèles ainsi que la concurrence afin de s’en démarquer par une démarche créative et des produits spécifiques non proposés par ailleurs.

L’Atelier souhaite également renforcer sa présence sur la rénovation et la création dans le domaine Art Moderne / Art Déco. C’est un marché porteur. L’enjeu est de se faire connaitre auprès des architectes et des décorateurs. Une prospection commerciale va être menée suite à un test positif en novembre dernier.

L’accompagnement ADEPFO doit permettre à l’entreprise de se positionner et structurer de nouveaux produits sur de nouveaux secteurs en période de lancement. L’évolution de l’entreprise consolidera les partenariats avec des artisans du Comminges (menuisiers, ébéniste restaurateur marqueteur, ferronniers, tailleur de pierre, électricien…) ainsi qu’avec un designer. Et il est envisagé de créer de 3 à 4 emplois directs.

Photo prise lors du Comité de pilotage final le 12 janvier 2021. De G à D: Laurent Haurie, Initiative Comminges, Marc Laliat, consultant, Graziella Filoni, Asso des CMA des Pyrénées, Hélène Gaulier, Agence des Pyrénées (ex-ADEPFO), Francisco Grijalva, verrier, Maryline Delois, verrière, Cédric Puech, comptable et Eric Miquel, maire Montréjeau et Psdt du copil.
Maryline Delois et Francisco Grijalva présentent la 1ère pièce réalisée avec leur nouveau four.
Maquette pour de futures nouvelles grandes pièces avec le nouveau four qui permettront de faire un mur d’environ 4mX6m (en plusieurs pièces) pour l’hôtel de Montréjeau racheté par la mairie.

DÉVELOPPEMENT DES ACTIVITÉS DE L’ENTREPRISE CAPSUS À BAGNÈRES-DE-BIGORRE (65)

S’initier aux multiples métiers de l’audiovisuel, ou se perfectionner, tout en découvrant les Pyrénées, c’est le pari de deux jeunes entrepreneurs et de leur cheffe de projet.

CAPSUS est une maison de production audiovisuelle et de création indépendante, créée il y a tout juste 11 ans par un enfant du pays, passionné par la création audiovisuelle et par les Pyrénées. En 2017, l’entreprise s’installe à Bagnères de Bigorre, dans des locaux que leur envieraient les grands studios urbains. CAPSUS affiche de nombreux contrats avec de grands annonceurs. Les extérieurs des films réalisés se font sur les Pyrénées (196 films depuis 2010) et participent à la promotion du territoire. L’équipe compte un dirigeant salarié et trois salariés en CDI (2,5 ETP).

Depuis quelques années, Guilhem Machenaud, créateur et gestionnaire de CAPSUS murissait un projet atypique, à savoir la création de prestations dans le domaine varié de l’audiovisuel (il existe une trentaine de métiers différents et une demande de différents publics). Autodidacte, son objectif est de montrer que l’on peut s’initier et se perfectionner dans le domaine de la création et de la réalisation audiovisuelle, même en étant éloigné des métropoles. 

Pari tenu ! L’accompagnement ADEPFO a permis de construire et mettre en place les Masters Class CAPSUS, offre unique sur les Pyrénées et sur la France (avec création de l’emploi de la cheffe de projet courant janvier 2021). Un nouveau projet CAPSUS Résidence est en cours de réflexion. Cette nouvelle offre et les projets futurs ont été présentés lors du comité de pilotage de clôture le 7 janvier 2021 sous la présidence Jacques BRUNE, Président de la CC de la Haute-Bigorre. En relais à l’accompagnement ADEPFO, un comité financier a été acté pour les recherches de financements, coordonné par la CC de la Haute-Bigorre.

CAPSUS est en passe de devenir le pôle de création, production, réalisation et formation des Pyrénées et au-delà.

www.capsusfilms.com

De G à D : François Roux, attaché parlementaire du député JB Sempastous, Isabelle Laborde Lalanne, CC de la Haute-Bigorre, Emmanuelle Rouzet, consultante, Guilhem Machenaud, gérant CAPSUS, Maïlisa Machenaud, cheffe de projet CAPSUS, Jacques Brune, Psdt de la CC de la Haute-Bigorre et Psdt du Copil ADEPFO, Hélène GAULIER, ADEPFO, Christian Caussidery, Agence EDF, une Rivière un Territoire, Marie-Laure Néaume, responsable initiative Pyrénées.

PROJET TERRITORIAL DE L’EX CENTRE DE VACANCES AZUREVA (32)

Lors du Comité de pilotage du 22 octobre 2020, plus d’une trentaine d’élus locaux, de membres de la Chambre d’agriculture et des métiers, ainsi que la Sous-préfète de Mirande, Delphine Grail Dumas, ou encore le Vice-président de la région Occitanie en charge du tourisme et du thermalisme, Jean-Louis Guilhaumon, se sont réunis pour suivre l’avancement du projet territorial, économique et environnemental autour de l’ex centre de vacances AZUREVA, à l’abandon depuis 2004, qui s’étend sur 17 hectares et accueillait jusqu’à 300 personnes l’été, racheté en 2019 par la mairie de Lagraulet du Gers.

La commune de Lagraulet du Gers a vu sa population presque doubler en 10 ans, grâce à une stratégie innovante combinant urbanisme durable, services à la population et accueil de porteurs de projets.

Ce nouveau projet communal est un projet de territoire, autour duquel un groupe de travail pluridisciplinaire s’est mobilisé, dans le cadre d’un accompagnement ADEPFO, démarré en février 2020. Il s’est baptisé le La ’BIOr@toire en référence à l’engagement bio de la commune et la notion d’expérimentation. Parmi les conditions, qui forment désormais un début de cahier des charges, on retrouve la convivialité, l’identité, l’éthique, le bio ou encore l’optimisation des ressources.

Leur choix a été de ne pas proposer un projet mais de lancer un concours d’idées auprès des écoles et des universités. Trois ont répondu à l’appel : le master 2 Action locale et Projets de territoire du cursus Urbanisme et aménagement de l’université Jean Jaurès, l’Ecole nationale de Design de Paris et l’ENSGTI : école d’ingénieurs sur le génie des procédés et l’énergétique de Pau.

Pour les Lagrauletois, il est important que le projet qui va émerger soit en accord avec les valeurs qu’ils défendent et permette de retisser du lien dans un endroit convivial.

Ce laboratoire est un projet original et ambitieux dont les prochains développements méritent d’être suivis.

Jean-Louis Guilhaumon, Conseiller Régional Occitanie, Nicolas Méliet, Maire de Lagraulet du Gers et Président du Copil, Hélène Gaulier, Pilote éducatif ADEPFO

VISITE DE L’ESPACE DÉCOUVERTE DE PRAGNÈRES (65)

Le 18 septembre 2020 a eu lieu une visite test de l’Espace Découverte de Pragnères.

Mise en service en 1954, la centrale de Pragnères est la plus importante usine pour la production hydro-électrique de la chaîne des Pyrénées.

L’Espace de Découverte de Pragnères, situé sur la route d’accès au Cirque de Gavarnie, est un des espaces découverte mis en place par EDF, ouvert à tout public depuis les années 1990. Il permet de découvrir et comprendre le fonctionnement du complexe hydro-électrique et le circuit de l’eau depuis le glacier du Vignemale jusqu’au barrage de Cap de Long en passant par le massif du Néouvielle.

La visite se fait en 2 étapes (accueil dans un espace information et musée, puis une visite du site de 1h15). Elle est assurée par des agents de l’Agence de Développement Touristique des Vallées de Gavarnie (ATVG), pendant les vacances scolaires et en saison estivale, pour des groupes de 10 personnes à 19 personnes. 3 000 à 4 000 visiteurs sont accueillis chaque année avec une forte concentration sur la saison estivale, majoritairement des familles originaires des Gaves et les scolaires.

A partir d’octobre 2020, l’offre jusque là gratuite va devenir payante et elle va être enrichie d’une visite virtuelle à l’aide de casques en réalité augmentée.

Un accompagnement ADEPFO a été sollicité par EDF, Agence des Pyrénées et l’Agence de Développement Touristique des Vallées de Gavarnie (ATVG), auprès d’un groupe composé de salariés d’EDF, de l’ATVG et de socioprofessionnels du territoire. L’objectif est de construire un produit touristique structurant pour tout le territoire, dont cet Espace de Découverte serait la porte d’entrée.

L’accompagnement doit permettre de fédérer les acteurs, dans un partenariat privé-public, autour du développement du site de Pragnères, et poser les bases d’un projet de territoire, incluant les socioprofessionnels du territoire (hébergeurs, prestataires touristiques et autres).

La visite test de l’Espace Découverte en visite virtuelle s’est déroulée en présence de représentants d’EDF, de l’Agence de Développement Touristique des Vallées de Gavarnie, de l’ADEPFO, de l’Etat, du Parc National des Pyrénées, de Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement, du Pic du Midi, du groupe N’PY/Compagnie des Pyrénées, de la CCI et d’entreprises locales, la majorité d’entre eux étant associés au Comité de pilotage de l’accompagnement ADEPFO.
Test des casques de réalité virtuelle.

SYLVOTOURISME DANS LE PAYS PYRÉNÉES MEDITERRANÉE (66)

 En 2018, une réflexion a été menée sur la qualification et la structuration d’une offre sylvotouristique sur le territoire du Pays Pyrénées-Méditerranée. Elle s’inscrit dans le cadre de la Charte forestière de Territoire Pyrénées-Méditerranée 2016/2021, animée par le Pays Pyrénées-Méditerranée. En parallèle, le Pays Pyrénées-Méditerranée est doté d’une stratégie 2014/2020 de développement du tourisme durable, intégrant un volume important sur les activités de pleine nature.

En 2014, une étude a permis de réaliser un premier état des lieux de l’offre touristique en forêt, mettant en évidence un potentiel de valorisation d’une offre sylvotouristique. Partant de là, des réunions sous forme de groupes de travail ou comités ont permis d’identifier des pistes d’actions, dont certaines ont débuté dans le courant de l’été par des travaux préparatoires. Ce travail a fait ressortir une demande forte des professionnels d’être mis en réseau. Le but de la démarche étant de créer une offre proposant un panel d’activités diversifiées et complémentaires.

En 2019, un premier accompagnement de l’ADEPFO a réuni 9 professionnels (hébergeurs, accompagnateurs en montagne et prestataires de loisirs). L’objectif était de créer un réseau de professionnels, renforcer leurs compétences en marketing et communication et construire une charte de qualité.

Fort d’un bilan positif et de premières expériences sylvotouristiques probantes, le groupe d’acteurs de la formation-action et les membres du comité de pilotage ont souhaité prolonger cette démarche collective. Cette formation doit s’articuler autour de 4 objectifs opérationnels :

– déterminer des activités sylvotouristiques avec référentiel, typologie, expertises et compétences

– définir des spots forestiers spécifiques avec accord ou convention avec le propriétaire

– construire des produits types (circuits dédiés)

– promouvoir et commercialiser (plan marketing, supports, événements de lancement)

Photos prises lors du copil de lancement du 1er octobre 2020

Mathilde GUITTET et Cédric BORG, Pays Pyrénées-Méditerranée, Guillaume CROMER, ID Tourisme.
Au centre, Michel MURO, directeur de l’ADEPFO, entouré du groupe de stagiaires.